Soutien à nos frères et sœurs sinistrés du Kerala (Union Indienne).

16 Jan 2020 | Actualités

Christian Genre, pôle communication.

Dans sa prière de l’Angelus du dimanche 19 août le Pape François a prié pour que «notre solidarité ne fasse pas défaut» aux habitants du Kerala «durement frappés par des pluies très intenses» ayant provoqué des inondations et des glissements de terrain, emportant des villages entiers. Le Pape appelle à «un soutien concret de la communauté internationale».

L’appel résonne encore plus directement pour notre diocèse qui va accueillir dès la rentrée prochaine des membres de l’Eglise du Kerala avec l’implantation dans la paroisse Saint Théophane Vénard en Thouarsais d’une communauté de Carmes de Marie Immaculée, la première congrégation catholique fondée en Inde et reconnue comme Institut de droit pontifical en 1967 par le Bienheureux pape Paul VI.

C’est aussi l’occasion de souligner que l’Eglise catholique locale, elle-même touchée, est totalement mobilisée au service des sinistrés. En effet le Kerala abrite une des plus anciennes communautés chrétiennes, la tradition l’a fait remonter à l’apôtre Thomas, l’Eglise syro-malabare. Si aujourd’hui 18,3% de la population est chrétienne (majoritairement catholique), le rôle de l’Eglise dans l’enseignement, le domaine caritatif est bien supérieur à cette proportion.

Manifestons notre soutien par des dons via les organisations caritatives dont Caritas Internationalis et prions pour et avec nos frères et sœurs du Kerala, et en particulier les Carmes de Marie Immaculée.

Rappel: le Kerala, état situés au Sud-Ouest de la péninsule indienne vient de subir des pluies diluviennes ayant entraîné les inondations les plus importantes depuis un siècle. Le bilan provisoire de cette catastrophe dépasse les 400 morts, plus de 700 000 personnes ont dû quitter leurs maisons et 350 000 personnes sinistrés sont actuellement accueillis dans des camps. Même si la décrue a commencé, le retour des populations sera long et difficile car nombre d’infrastructures sont détruites (routes, ponts, barrages) et les habitations sont désormais infestées de reptiles parfois venimeux qui fuyant les eaux s’y sont réfugiés. Même si le Kerala présente un indice de développement humain très supérieur à celui de l’Union indienne, cet état est aujourd’hui dans une situation très difficile.

Pour en savoir un peu plus sur le  Kerala: un pays et des frères et soeurs que notre diocèse va découvrir au contact des prêtres de la Communauté de Marie Immaculée.

 

Situé au Sud-Ouest de l’Inde, le Kerala s’étire sur près de 900 kilomètres et une largeur de 35 à 120 kilomètres. Il est bordé par la mer des Laquedives à l’ouest et par les Ghats occidentaux à l’est, culminant à l’Anamudi avec 2 695 m. Situé entre 8°18′ et 12°48′ de latitude nord et 74°52′ et 72°22′ de longitude est,

Peu étendu, 38 852 km2 soit 1,18 % de l’Union, il est très densément peuplé 860 habitants au Km2 et 33,4 millions d’habitants en 2011. La langue principale est le malayalam qui fait partie des langues dravidiennes, famille linguistique dominante en Inde du Sud.

Etat à dominante agricole, le Kerala possède un indicateur de développement humain élevé par rapport à son niveau de développement économique. L’espérance de vie et le taux d’alphabétisation sont très au-dessus de la moyenne nationale. De nombreuses personnes originaires du Kerala ont émigré à l’étranger, en grande partie dans les pays du Golfe. Les fonds envoyés par ces personnes équivalent à plus de 20 % du produit intérieur brut..

Jusqu’ici le Kerala a su préserver une cohabitation heureuse entre les hindouistes, 54,7%, musulmans 26,56% et les chrétiens 18,3%. La communauté juive très ancienne a pratiquement disparu par retour en Israël.

La tradition veut que la communauté chrétienne date de l’arrivée en 52 de saint Thomas qui y fonde l’une des premières Églises de la chrétienté ; puis elle est augmentée de chrétiens syriaques venus de Bagdad en 192. Cette communauté chrétienne parle le malayalam et ses membres s’appellent eux-mêmes les Nazaréens.. Cependant ce n’est qu’avec l’arrivée des colons portugais et de leurs missionnaires que la communauté chrétienne a pris de l’importance grâce aux nombreuses conversions vers le catholicisme. Aujourd’hui, les trois quarts des Kéralais chrétiens sont catholiques.

Appels
et recrutements
→  Consulter 

Eglise verte
Initiatives
Consulter

 

Formations
diocésaines
→  Grandir dans la foi

 

Donner
à l'Eglise
→  Participer

Lutter
contre la pédophilie
→  En savoir plus

Horaires
de messes
Trouver 

Le 24 Oct 2021